Être soigneur animalier : du rêve à la réalité

Être soigneur animalier fait rêver des milliers de jeunes gens, mais aussi d’adultes. Les séries télévisées et autres reportages animaliers poussent de plus en plus de personnes à s’orienter voire à tenter une reconversion vers ce métier “star”. Dans cet article, nous allons faire un point sur la nature d’un métier très particulier et sur les voies qu’ils faut emprunter pour travailler avec des animaux en parc zoologiques.

Qu’est ce qu’un soigneur animalier ?

La soigneuse animalière ou le soigneur animalier travaille à l’élevage d’animaux au sein d’un parc zoologique. Il est au zoo ce qu’est le palefrenier dans un haras ou une écurie. Il s’occupe de préparer les aliments des animaux et de les distribuer. Il doit nettoyer les loges et les enclos afin qu’ils restent les plus propres possibles. Mais il étend aussi de plus en plus ses activités à l’enrichissement du milieux de vie des animaux, afin que ces derniers ne s’ennuient pas. Et à la mise en place de l’entraînement médical afin de faciliter les soins vétérinaires sur les pensionnaires et autres observations de routine. Enfin le soigneur animalier bien souvent devient animateur et présente aux visiteurs les animaux dont il s’occupe au quotidien.

Le travail de soigneur animalier est physique. En effet, il faut souvent transporter des charges lourdes et réaliser des travaux d’entretien. Ces activités demandent d’être en bonne condition physique. L’endurance est donc de rigueur. Ce métier est aussi difficile lorsqu’il s’agit de travailler par temps froid, sous la pluie ou durant les épisodes de fortes chaleurs. Être soigneur animalier est également contraignant. Car bien entendu les animaux doivent être nourris tous les jours et bénéficier des mêmes soins quel que soit le jour de la semaine, aussi bien le dimanche qu’un jour férié. Les soigneurs animaliers travaillent donc durant les week-ends et les vacances scolaires par roulement et en équipe.

wallabies : Les wallabies sont des pensionnaires fréquents en parc zoologique. Mais il n’en demeure pas moins qu’ils demandent une alimentation adaptée pour rester en bonne santé.

Si vous êtes encore là à lire ces lignes, c’est peut-être que vous souhaitez découvrir les bons côtés de ce métier. Alors oui c’est un métier de passion, car il faut être passionné pour être soigneur animalier et endurer les désagréments cités plus haut. Alors voici quelques bons côtés du métier d’animalier en parc zoologique :

  • Travailler avec des animaux extraordinaires
  • Permettre de mieux faire connaître la faune à un public varié
  • Participer à l’élevage d’espèces rares et en danger de disparition
  • Rencontrer d’autres passionnés d’animaux

Mais il faut toutefois rappeler d’être soigneur animalier dans un parc zoologique est très différent que de travailler en centre de soin à la faune sauvage. Les animaux qui vivent dans les parcs zoologiques n’ont pas vocation à être relachés dans la nature. En effet, ils sont de moins en moins nombreux dans leur milieu naturel à cause de la destruction de leur habitat : déforestation, pollution, chasse. Les renvoyer dans leurs pays d’origine reviendrait à les condamner à une mort certaine. Et pour le moment seules quelques réserves suffisamment protégées peuvent recevoir des animaux nés en captivité. SI vous souhaitez soigner des animaux pour les relâcher dans la nature mieux vaut choisir une autre profession.

Pour en savoir davantage sur le métier d’animalier en zoo voici une vidéo de synthèse : 

<H2>Est-ce facile de devenir soigneur animalier ?</H2>

Comme nous l’avons dit, de plus en plus de personnes de tous les âges, veulent travailler avec les animaux en parc animalier. Les zoos reçoivent énormément de demandes de personnes qui veulent suivre un stage ou obtenir un emploi. Les places sont peu nombreuses et beaucoup ne trouveront pas de débouché. Il est donc difficile de devenir soigneur animalier. Et il faut bien souvent enchaîner les emplois saisonniers et bien souvent changer de région avant de trouver un poste en CDI.

Il faut toutefois rappeler que la plupart de celles et ceux qui veulent travailler en parc zoologique ne sont pas clairement au courant de la nature du métier. Ainsi le turn-over est important dans les zoos. En général, beaucoup de personnes quittent le monde des zoos après 5 à 10 ans. La raison principale est qu’il s’agit d’un métier peu compatible avec une vie de famille classique. De plus, ce métier est peu rémunérateur et les postes d’encadrants ou de responsables sont peu nombreux. Les perspectives d’évolution sont donc faibles. 

D’autres personnes quittent ce métier car la réalité du terrain ne leur convient pas. Être soigneur animalier ne laisse pas beaucoup de temps à observer tranquillement les animaux. Et il est souvent interdit d’entrer en contact avec les pensionnaires d’un zoo. N’oublions pas que certains animaux sont potentiellement dangereux : félins, éléphants, certains reptiles et grands primates pour en citer quelques uns. Les fans de câlin avec les “boules de poils” seront très déçus. Les animaux des zoos ne sont pas des animaux de compagnie.

lémuriens à ventre roux : Les lémuriens à ventre roux sont des primates originaires de Madagascar. Ils sont en voie de disparition dans la nature et font l’objet d’un programme de reproduction en captivité qui donne de très bons résultats.

Peut-on devenir soigneur animalier sans diplôme ?

Beaucoup de jeunes souhaitent quitter leurs études pour travailler directement dans un parc zoologique. Si l’on rencontre encore beaucoup de soigneurs animaliers qui ne sont pas passés par des écoles spécialisés, il faut reconnaître que la tendance actuelle est de se former pour se préparer à ce métier.

Il sera toujours possible de devenir soigneur animalier sans diplôme, mais la concurrence pour occuper un poste est telle qu’il est préférable de passer par l’une des écoles pour mettre le maximum de chance de son côté. Sachant que ces dernières écoles recrutent après un bac à dominance scientifique ou agricole, nous vous conseillons de vous accrocher et de poursuivre vos études ! 

tortue-sillonée : Les tortues sont des reptiles qui semblent se contenter de peu. Mais qui demandent une surveillance régulière pour détecter d’éventuels problèmes de santé. Avant d’acquérir un tel animal il faut se former sérieusement auprès des bons éleveurs.

Quelles sont les principales écoles de soigneur animalier ?

En France, il existe plus d’une dizaine d’écoles et de centres de formation qui préparent au métier de soigneur animalier en parc zoologique. Mais toutes ces écoles ne délivrent pas un diplôme reconnu par l’état. 

En fait, seulement deux écoles (en 2020) délivrent un titre professionnel en rapport direct avec la profession. Il s’agit de la MFR de Carquefou proche de Nantes et d’Animapôle du CFPPA du Lot. Mais d’autres écoles non reconnues dispensent un enseignement de qualité et sont appréciées des recruteurs. C’est le cas du CFPPA de Loir-et-Cher à Vendôme. Mais aussi d’écoles plus récentes comme Siane Formation.

Bien que cela ne soit pas la voie la plus recommandée pour obtenir directement un emploi, des formations à distance existent. La plus connue est dispenser par l’IFSA. Cette école délivre en plus de supports pédagogiques des conventions de stage à ses apprenants.

Pour en savoir davantage sur les écoles et les centres de formations en France, mais aussi en Belgique, consultez le site de Préparation soigneur animalier https://formationsoigneuranimalier.fr/pages/les-formations-de-soigneur-animalier-en-france-et-belgique

Les écoles de soigneurs animaliers en sont pas toutes reconnues par les responsables des parcs zoologiques. Ces derniers ont une préférence pour les études qui se déroulent en classe et sur le terrain. Mais aussi pour les formations les plus anciennes.

Les écoles les plus reconnues par la profession sont aussi les plus demandées. Chaque année, ces mêmes écoles reçoivent plusieurs centaines de candidatures pour quinze à vingt places. La sélection est très rude. Celles et ceux qui sont retenus ont toujours plusieurs stages en zoo à leur actif. Il s’agit aussi des mieux informés sur les activités des parcs zoologiques et sur la fonction des soigneurs animaliers. 

Ainsi pour augmenter vos chances d’intégrer une école prestigieuse vous pouvez suivre une formation à distance comme Préparation soigneur animalier. Cette formations se base sur des wébinaires. Elle fait intervenir en direct par visioconférence des professionnels qui travaillent dans des parcs animaliers. Six modules abordent de nombreux thèmes allant de la législation à la nutrition, en passant par la santé animale, l’éthique et la conservation des espèces animales menacées.

amazone-oratrix : Lorsque l’on est soigneur animalier on tissue immanquablement  des relations affectives avec certains animaux. Voici une perroquet amazone qui est très proche de ses soigneurs.

Quel futur pour le métier de soigneur animalier ?

Personne ne pourra répondre honnêtement à cette question. Ce qui est certain c’est que le métier de soigneur animalier bénéficie depuis le début des années 2000 d’un engouement grandissant du grand public. Le soigneur animalier rejoint le groupe des métiers “coup de coeur” des enfants au même titre que pompier ou pilote ! Mais il est possible que cet engouement décroît à l’avenir. Car ainsi vont les modes.

Autre phénomène paradoxal au précédent. Si l’opinion publique est favorable au métier de soigneur animalier, elle devient de plus en plus critique à l’encontre des parcs zoologiques. C’est le cas notamment des parcs marins qui gardent en captivité des cétacés et autres mammifères marins. Mais aussi de la plupart des zoos de ville qui offrent généralement à leurs animaux des surfaces réduites. Les groupes de pression et autres associations anti-zoos montent régulièrement à l’assaut pour décrédibiliser les activités des parcs animaliers.

La législation autour de l’activité des parcs zoologiques – et plus largement autour de la détention en captivité d’animaux non domestiques – se renforce constamment et freine aussi le développement de ce secteur d’activité. On peut donc s’attendre dans le futur à un nombre moins important d’animaux gardés en captivité et donc d’un besoin moindre en soigneurs animaliers.

Pour conclure

Quel que soit le futur des zoos, si vous souhaitez devenir soigneur animalier, nous vous conseillons de poursuivre le plus longtemps possible vos études avant de vous orienter vers une formation spécialisée. Obtenir un BTSA, un licence ou un master n’est pas un handicape ! De plus en plus de personnes qui travaillent en parc animalier ont obtenu un diplôme de l’enseignement supérieure. Vous aurez aussi une avance sur les autres candidats pour intégrer l’une des écoles les plus reconnues. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *